Couchriding : chez Arto Saari

saari cover

Arto Saari n’a pas fini de faire parler de lui. Car même s’il skate désormais surtout pour son pur plaisir, le finlandais émigré à Los Angeles est plus que jamais d’actualité. En effet, Leica Camera lance aujourd’hui son projet Let Us Roam qui se propose de raconter quatre photographes en quatre films dont l’un dédié à cette légende du skateboard qui faisait vibrer les vidéos des marques Flip et Alien Workshop dans le courant des années 2000. Reconverti depuis dans la photographie, Arto Saari a notamment ouvert les portes de sa luxueuse maison au team Sosh que le projet Couchriding a tout récemment emmenée jusqu’à Los Angeles.

Là-bas, les riders ont pu s’essayer à l’immense piscine construite par Arto Saari dans le seul but d’être skaté. « Avoir cette piscine me permet d’organiser des sessions skate avec mes potes directement chez moi. Les kids aussi aiment bien venir rider ici, c’est une atmosphère calme et agréable », explique avec sérénité le patron des lieux. Il est vrai que de toute évidence, Arto Saari aime bien être entouré de jeunes skateurs qui lui rappellent sans nul doute ses débuts. Il s’active alors à les photographier pour mieux documenter la scène skate californienne et immortaliser les sessions des uns et des autres dans son jardin.

Trop contents de côtoyer cette légende, Rémy Taveira et Sam Partaix ont donc skaté sous l’objectif de leur idole avec un enthousiasme tout particulier sans aucun doute l’envie de donner le meilleur d’eux-même. Assis sur les côtés de la piscine, des skaters pro comme Dustin Dollin ou Dylan Rieder observaient la scène avec attention, tout en profitant de la chaude après-midi californienne qui débutait. Dans une atmosphère aussi conviviale, il était évidemment difficile de réaliser que la team Sosh venait d’investir le jardin d’une superstar. Pourtant, derrière sa modestie doublée de sympathie, Arto est définitivement une légende. De celles dont on fait des films, de celles qui n’ont plus rien à prouver, mais surtout de celles qui, à à peine 30 ans, ont encore la vie devant elle.

Crédits photo : Vincent Perraud

Nature x Technologie

dorf cover

Dans notre imaginaire à tous, la nature et la technologie sont le plus souvent en opposition. Difficile d’imaginer ces deux concepts se répondant l’un à l’autre en parfaite harmonie. C’est pourtant ce qu’est parvenu à faire Mark Dorf, un artiste de Brooklyn. Dans sa série intitulée Path, il a utilisé les moyens de la photographie digitale pour mixer des images en 3D qu’il a scanné et collé sur des paysages naturels.

Sur le papier, ça paraît étrange et risqué ; mais à la vue de sa série, on est étonnés du point auquel les éléments se fondent les uns dans les autres. Pour Mark Dorf, puisqu’il n’y a pas de retour en arrière possible vis-à-vis de notre dépendance à la technologie, autant l’intégrer harmonieusement à notre quotidien. Lui parvient le faire à la perfection, en tout cas.

Open Road de Blood Brother Shelter

open road cover

Open Road est un film réalisé par le collectif d’artistes Blood Brother Shelter, qui regroupe des photographes, des vidéastes, des graphistes et des musiciens. Théo Gosselin, Yougo Jeberg, Yoann Fournier et leur bande de potes sont partis l’été dernier sur un coup de tête en van dans le désert de Bardenas, considéré comme le Grand Canyon de l’Espagne. Un road-trip avec son lot de bonnes et mauvaises surprises, que les protagonistes décrivent comme « une ode à la liberté, à la fraternité, à la découverte et surtout au voyage ».

Crédit photo : Yoann Fournier

Des paysages à couper le souffle

wow cover

On sait, on sait : les listes du genre « les lieux à voir avant de mourir » et autres « les paysages les plus fabuleux de la planète » pullulent sur internet. Ride Sessions n’échappe pas à la règle, on était passés par là aussi. Mais franchement, vous préférez quoi? Des photos Instagram de chats et de bouffe (on ne vise personne hein, on fait tous pareil), ou des clichés sublimes du Désert de sel en Bolivie, des sentinelles de glace de l’Arctique, des mines de cristaux du Mexique ou encore du lac Natron rouge vif en Tanzanie?  Comme vous pouvez le constater, on a choisi notre camp.

Plage cachée, Mexique

Désert de sel, Bolivie

Lac Natron, Tanzanie

Mine Naica, Mexique

Province de Yuanyang, Chine

Lac Baïkal, Russie

Dead Vlei, désert de Namibie

Reed Flute Cave, Chine

Montagnes Tianzi, Chine

Crédits photo : National Geographic, earthporm.com, Michael Yamashita, Niccolo Bonfadini, rootfun.net, Alexei Trofimov, wikimedia.org, boredpanda.com, Miguel Naranio, amazingstuff.co.uk,

Les collages de Joe Webb

joe webb cover

Joe Webb est un artiste britannique amoureux du rétro, qu’il s’agisse de ses oeuvres qu’il produit ou des méthodes qu’il utilise. Son domaine de prédilection est celui des collages, qu’il réalise en découpant des images dans sa large collection de magazines vintage.

Une particularité de son boulot à l’ère du tout internet est qu’il n’utilise aucun procédé numérique : ses collages sont entièrement réalisés à la main, à l’ancienne. Il s’impose aussi de n’utiliser que deux ou trois images maximum par collage, ce qui l’oblige à faire appel à son imagination… Une imagination qui semble fonctionner à merveille, tant ses collages sont drôles et surprenants. Joe Webb expose ses collages à la galerie Saatchi à Londres, et ils sont aussi disponibles sur son site.

Crédit photo : Joe Webb

Couchriding : sur les routes américaines

couch two cover

Cette semaine, la dimension « road trip » du projet Couchriding a enfin trouvé sa pleine résonance. Quittant la douceur de vivre de San Francisco, la team Sosh s’est lancée dans un épuisant périple le long des routes sans fin de la Californie. Dans l’immensité quasi-mystique des États-Unis, seuls la patience et le café auront permis aux riders de tenir lors des longues journées passées à courir après les miles avec pour seule berceuse le bourdonnement des moteurs.

Du côté du parc national de Yosemite, les riders sont allés s’essayer au Glory Hole, un immense full pipe traversant un barrage d’eau, avant de recommencer le long enchaînement de stations service et de sandwichs avalés rapidement au bord du macadam. Situé dans une zone désertique en bordure de la route 178, le spot DIY de Kernside aura lui aussi offert à la team Sosh une pause nécessaire dans un trajet tenant souvent du tour de force. Dans un décor fait de serpents venimeux et de palmiers vertigineux, Sam Partaix, Matthias Dandois, Maxime Charveron et Rémy Taveira ont pris le temps de rider les modules de ce lieu perdu au milieu de nulle part, avant de retourner dévorer la bande d’asphalte en direction de la région de Mammoth Lakes.

À force de persévérance, les plaines désertiques de Californie ont donc laissé place à des horizons de séquoias massifs et de montagnes enneigées. Rejoins par la championne du monde de free ride Anne-Flore Marxer, c’est finalement dans la station de Mammoth Mountain que la team Sosh a choisi de marquer une halte. Chaussant snowboards et combinaisons de ski, les riders ont pu goûter à la poudreuse californienne, tout en tentant tant bien que mal de suivre Anne-Flore sur les kickers de neiges.

Aux pieds des montagnes, les riders ont aussi découvert un impressionnant skatepark de béton construit en hommage au snowboardeur de talent Jeff Anderson, tragiquement décédé en 2003 suite à une chute sur un handrail au Japon. Bien qu’officiellement interdit aux BMX, Matthias et Maxime auront cependant réussi à réaliser quelques tricks bien sentis sur cet espace parfaitement aménagé, mais aussi à apprendre à Anne-Flore à faire un Bunny Hop (suite au défi envoyé par l’internaute Anthony TEVEIF).

Pendant ce temps, Rémy et Sam ont expérimenté à loisir les impressionnantes courbes du park. Mais la route n’attend pas et la team Sosh est déjà repartie direction la vallée de la mort et ses après-midis étouffants. D’ici peu, le chant des coyotes résonnera en chœur avec le crissement des roues en uréthane.

Crédits photo : Vincent Perraud