La première vidéo de BMX flatland?

ballerina cover

Et si cette vidéo de 1965 était la première démonstration de BMX flatland du monde? Lilly Lokoi est (ou était? on ne sait pas si elle est encore vivante) une ballerine japonaise réputée pour être la meilleure acrobate sur bicyclette de sa génération. Elle avait d’ailleurs hérité du surnom de « The Ballerina On The Golden Bicycle », la Ballerine sur le vélo doré. Elle était souvent invitée sur des plateaux télé où tout le monde était époustouflée par son talent…

Et il suffit de voir ce segment issu de The Hollywood Palace, une émission de variété populaire dans les années 60, pour comprendre l’engouement : non seulement Lilly enchaîne les tricks avec grâce et précision, mais elle le fait… perchée sur des talons. Un rider BMX flatland dans le coin prêt à remonter le défi de réaliser les mêmes tricks en talons?

ballerina 2 ballerina 1ballerina 3

Sedna : Anne-Flore Marxer a besoin de votre aide!

sedna cover

Sedna, c’est le nom d’une déesse légendaire du peuple inuit. C’est aussi le nom choisi par le réalisateur Laurent Jamet (à qui l’on doit Invincibles, Rise ou encore Au nom des miens) pour son dernier film. Sedna a été tourné pendant 3 semaines en avril dernier au Groenland dans les fjords du Nuuk, et réunit la crème des freeriders suisses et français. On y retrouve notre rideuse Anne-Flore Marxer accompagnée de Phil Meier, Thibaud Dochosal, Richard Amacker et Nicolas Boidevézi, dans une aventure exceptionnelle mêlant ski, nature et culture.

Sedna est aussi un pari fou, puisque ce sont les riders qui ont mis de leur poche pour financer tout le voyage… L’équipe a désormais besoin de vous pour financer la phase de post-production, afin que le film sorte dans sa meilleure qualité et en DVD. Pour rendre ce pari possible, vous pouvez participer à la campagne de crowdfunding à cette adresse. Et si vous êtes parisiens, venez voir Sedna en première le 28 novembre au cinéma l’Arlequin. Longue vie à Sedna!

sedna 1 itisoqitisoq

La Torche 2014 : mission accomplie!

torche cover

C’est du 18 au 25 octobre qu’avait lieu La Torche Windsuf 2014, à l’occasion d’une édition qui avait vocation à être exceptionnelle. Et pour cause : elle signait le retour très attendu d’une manche de coupe du monde de windsurf en France, après plus de 20 ans d’absence. Un pari de taille attendait les organisateurs de l’événement : raviver la flamme de cette épreuve de légende sur le spot Bigouden qui avait connu ses moments de gloire dans les années 80. Après une quinzaine d’années sans tenue en France d’épreuves internationales de windsurf, le public allait-il être au rendez-vous?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette Torche 2014 a été un succès qui a dépassé les prévisions les plus optimistes. En 10 jours, ce sont 110 000 visiteurs qui se sont pressés à la Pointe de la Torche pour admirer les 121 riders internationaux qui avaient répondu présents au rendez-vous. Et l’engouement a largement dépassé les frontières bretonnes, avec pas moins de 140 000 spectateurs qui ont suivi le live, et plus de 305 000 vidéos visionnées. Des chiffres qui ont de quoi donner le tournis et ravir les organisateurs : les images de la compétition ont fait le tour du monde, et les réseaux sociaux se sont enflammés pour le windsurf comme ils ne l’avaient pas fait depuis des années.

L’objectif a aussi été rempli sur le plan sportif : même si le manque de vent n’a pas permis à la PWA de lancer le slalom, les conditions optimales de la journée du mardi 21 octobre (avec un vent établi de 16-17 noeuds et des rafales à 26) ont permis d’assister à une épreuve de vague d’anthologie qui a vu le Vénézuélien Ricardo Campello s’imposer. Les riders se sont affrontés en duel en effectuant des sauts notés par le jury, de quoi assurer un spectacle de toute beauté sur la baie d’Audierne.

Ricardo Campello a prouvé avec la manière qu’il n’a pas volé son surnom de « The Monkey », et le Français Thomas Traversa, vainqueur du Red Bull Storm Chase l’année dernière, a raflé la 2ème place. À tout juste 21 ans, le Français Antoine Martin s’est imposé à la 5ème place en éliminant le double champion du monde Philip Köster : les tricolores étaient à la fête une fois de plus.

torche 1 torche 2torche 3

La Torche a donc bien été rallumée lors de cette édition de 2014, grâce aux performances des riders internationaux et aux conditions parfaites de cette journée de mardi, mais aussi grâce au public breton qui  a été salué par les juges de la PWA comme étant l’un des plus enthousiastes du circuit mondial : les cris et les applaudissements ont résonné à chaque figure des riders sur le spot de la Torche. Un engouement hors du commun qui pousse les organisateurs et la PWA à considérer un retour de l’étape en Pays Bigouden. Pour le moment, il se murmure que la torche pourrait bien être rallumée en 2016… on ne manquera pas de vous tenir au courant!

torche 4 torche 5torche 6

Crédits photo : Carter / pwaworldtour.com

Le Movember, c’est parti!

movember cover

Et c’est reparti pour une 3ème saison du Movember! Si vous êtes passés à côté de cet événement majeur de l’automne, petite session de rattrapage. Direction l’Australie, où en 2003 une bande de potes se lance un défi : remettre la moustache au goût du jour, aussi bien pour le plaisir de l’arborer que pour se challenger entre eux. Onze ans plus tard, Movember n’est plus seulement un mouvement, mais une véritable fondation pour la santé masculine présente dans 21 pays et qui réunit plus de 4 millions de participants chaque année.

movember 1

Movember c’est la contraction de « Mo » qui est le diminutif de « moustache » et de « November », le 11ème mois de l’année. Le concept est simple : dès le 1er octobre, les hommes (les Mo Bros), soutenus par les femmes (les Mo Sistas) ont pu s’inscrire sur le site et former leur équipe, que ce soit avec leurs potes, leur collègues, leurs voisins ou leur famille. Le 1er novembre, c’est le début officiel du challenge à travers le monde et le jour du « Shave Down Day » où tout le monde se rase de près : tout le mois de novembre sera consacré à la pousse de la plus belle moustache qui soit!

movember 2

Au-delà de l’aspect fun et du challenge lancé entre potes, Movember a pour but principal de sensibiliser l’opinion publique aux maladies masculines telles que le cancer de la prostate et des testicules, et depuis peu, également aux problématiques de santé mentale. Chaque moustache élevée en France compte, et chaque centime récolté et chaque conversation lancée sur ces sujets souvent tabous peuvent faire la différence. Imaginez : depuis 2003, la fondation a récolté à l’échelle mondiale pas moins de 409 millions d’euros. Le pouvoir de la moustache!

movember 3

Movember a su mobiliser une grande communauté, avec des ambassadeurs dans les milieux du sport, de l’art, du cinéma, des médias, de la mode et de la cuisine. Hulk Hogan, Iker Casillas, Ricky Gervais, Stephen Fry pour ne citer qu’eux, sont d’ores et déjà des Mo Bros convaincus. Et le phénomène fait des émules aussi parmi les riders… L’année dernière, on avait pu admirer la pilosité des snowboarder Pat Moore et Danny Davis, du freeskier Phil Meier ou encore du surfeur Dane Reynolds. Et on ne résiste pas de partager avec vous la réalisation capillaire de haut vol du skateur et « Mo Bro » Richie Jackson.

movember 4

Alors, à qui le tour cette année? Gageons que si vous suivez des athlètes sur les réseaux sociaux, une invasion de moustaches est à prévoir jusqu’à la fin du mois. Pour suivre l’actu du Movember en direct, ça se passe sur le site officiel du Movember ou sur leur page facebook. C’est par là aussi que vous pourrez vous tenir au courant de tous les événements liés au Movember : il y en a de prévus aux quatre coins de la France, d’aujourd’hui jusqu’à la fin de ce mois très spécial. Soutenez vos moustaches locales!

movember 5

Crédits photo : Tyler Bush

La République du Skateboard

republique cover

Cela doit faire depuis le « Trocadero Days » de Pontus Alv que la scène skate parisienne n’avait pas eu une vidéo qui la représente d’aussi belle façon. Dans « La République du Skateboard », le très talentueux réalisateur Neels Castillon suit des skateurs parisiens entre sessions, trainings et rencontres, de jour comme de nuit. Arthur Turpin, Andrea Giallonardo, Vincent Perrin, Victor Jambus, Anoine Champenois, Steve Malet, Maxime Djadel, Samuel Chochon, Mathias Pardo, Yann Garin, Franck Barattiero et Amine Benhmade nous entraînent dans leur quotidien de skateurs de la capitale.

republique 2 republique 1republique 3

Meet : Scott Serfas

serfas cover

Si vous vous intéressez un peu à la photographie de sports extrêmes, il est fort à parier que le nom de Scott Serfas vous est familier. Pour les autres, il est grand temps de combler cette lacune! Scott est né à Vancouver et s’est rapidement pris de passion pour le snowboard : au milieu des années 80, ce sport était encore assez peu connu, et il fut l’un des premiers à immortaliser les exploits de ses potes. La suite vous l’avez deviné : son hobby est devenu son métier, et Scott est désormais l’un des photographes les plus demandé dans le milieu du snowboard, mais aussi celui du skate et du surf. Son blog est ici et son compte Instagram par là.

serfas 1serfas 8serfas 3serfas 6serfas 2serfas 5serfas 7serfas 4Anthony Messere - ActionJason Broz watches as the helicopter lifts off back to town.

Crédits photo : Scott Serfas